Prix PaxSahel 2023: Amandine Lalsaga se montre sensible dans la catégorie Télé/MoJo

0
957

Le vendredi 1er décembre 2023, s’est tenue à Ouagadougou, à l’hôtel des Conférences Ouind-Yidé, la cérémonie de remise du Prix PaxSahel pour le Journalisme sensible aux Conflits. Durant cette cérémonie marquant la 7e édition du Prix, cinq (05) journalistes ont été primés dans des catégories précises. Amandine Adeline Wendpengre Lalsaga du Burkina Faso a été l’une des lauréates. Elle fut primée dans la catégorie Télé/MoJo grâce à sa production « Femmes déplacées internes : les voix de la résilience ». Découvrez dans cet article un résumé du parcours professionnel de la lauréate et l’intégralité du reportage qui lui a valu ce Prix.

Titulaire d’un Master 2 en gestion de l’information et management des Institutions Humanitaires à l’unité de Solidarité Internationale de Genève, Amandine Lalsaga a débuté sa carrière professionnelle en 2009 en tant que Journaliste Reporter d’image et présentatrice à la Télévision Canal 3. En 2017, elle dépose ses valises à la Radio Télévision du Burkina (RTB) comme assistante en sciences de l’ information et de la Communication. De 2017 à nos jours, elle est Journaliste Reporter d’Image et présentatrice à la RTB.

2023, l’année des lauriers pour Amandine Lalsaga.

En effet, elle fut également lauréate de plusieurs autres prix. Il s’agit :

-de 02 prix au Galians 2023

-du prix de la grande muraille verte (2023)

-du prix de la meilleure journaliste télé du Centre national de presse Norbert Zongo (2023)

-du prix du Comité international de la Croix-Rouge reportage Humanitaire (2023).

Découvrez dans la vidéo ci-dessous, la production qui lui a valu son sacre à la 7e édition du Prix PaxSahel.👇👇👇

Ce grand reportage raconte l’histoire des femmes déplacées internes qui ont fui leur localité d’origine suite aux attaques terroristes pour se reconstruire dans leur localité d’accueil .
Elles y mènent des petites activités génératrices de revenus qui permettent à leur famille de subvenir à leurs besoins.
Ce grand reportage qui a été tourné à Kaya, Tenkodogo, Ouagadougou et Nagreongo, est presqu’un exemple de résilience et d’intégration.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici