Opération Taanli 3: une centaine de terroristes neutralisés par l’armée burkinabè et nigérienne

0
387
Militaires Burkinabè et Nigériens en concertation

Les forces armées du Burkina et celles du Niger ont neutralisé une centaine de terroristes. C’est à travers l’opération conjointe, Taanli 3 débutée le 02 avril 2022 que le résultat a pu être engrangé. Le bilan provisoire a été présenté le lundi 25 avril 2022 à Dori où est basé le poste de commandement conjoint de l’opération, en présence des chefs d’état-major des deux pays, le colonel-major David Kabré du Burkina et le général de division Salifou Mody du Niger.

Débutée le 2 avril 2022 dans la bande dite « des trois frontières », l’opération Taanli 3 a pris fin le lundi 25 avril 2022. Au terme de l’opération, « une centaine de terroristes neutralisés. » Selon le bilan provisoire de l’Etat-major de l’armée du Burkina Faso. Pour l’occasion, les chefs d’état-major du Burkina Faso, le colonel-major David Kabré et du Niger, le général de division Salifou Mody ont effectué le déplacement du poste de commandement conjoint de l’opération, basé à Dori dans la région du sahel, au Burkina Faso. Selon le même bilan, en plus de la centaine de terroristes neutralisés « deux (02) militaires ont été tués au cours de l’opération et deux (02) autres blessés. » du côté des amis. A l’opposé, du côté des ennemis l’on enregistre, « quarante (40) terroristes suspects interpellés ; deux (02) bases logistiques détruites ; une (01) base terroriste démantelée ; de l’armement et des munitions saisis ou détruits ; des dizaines de fûts de carburant saisis ; des moyens roulants saisis ou détruits, des produits prohibés et du matériel pour la fabrication l’engin explosifs saisis ou détruits.»

« Nous avons été édifié par le briefing qui a été fait, par la qualité de la conduite des opérations qui a respecté la planification qui a été faite et également par les résultats qui ont été enregistrés, qui sont au-delà de nos attentes. » a laissé entendre le colonel. Il a poursuivi en indiquant qu’en termes de résultats « ce sont les effets directs sur les populations qui sont vraiment importants et non le nombre des terroristes neutralisés. »

En effet, selon l’Etat-major, l’un des objectifs majeurs de l’opération Taanli 3 est de sécuriser les populations de la zone d’opération et leurs biens. Des actions ont été menées dans cet esprit et les unités engagées sont allées à la rencontre des populations civiles afin de les rassurer et de leur porter secours et assistance. « Les unités militaires ont réussi à libérer les voies d’accès à certains villages pour permettre à la vie de reprendre. Aussi bien du côté Burkinabè que Nigérien, les populations ont manifesté leur joie et leur reconnaissance pour les efforts considérables déployés à leur profit. » 

Actions civilo-miliaires de Taanli 3, pour la sécurisation des populations

« Les forces armées nationales du Burkina Faso et celles Nigériennes ont chacune déployé plusieurs unités terrestres dans le cadre de cette opération. Des aéronefs de surveillance et de combat ont également été mobilisés des deux côtés pour venir en appui aux unités engagées. Dans le Poste de commandement conjoint de DORI, des officiers et des sous-officiers des deux Armées ont travaillé ensemble pour mettre en œuvre l’ordre d’opération de Taanli 3. Sur le terrain, on dénombre plusieurs centaines de personnels qui ont manœuvré sous la coordination du poste de commandement conjoint. Du rapport, il est ressorti qu’en plus des actions coercitives vis-à-vis des groupes armés terroristes qui sévissent dans la zone d’opérations, les unités militaires ont conduit d’importantes actions civilo-militaires dans le but de soutenir les populations. Des opérations de ravitaillement en vivres ont notamment été menées de part et d’autre de la frontière. Aussi, dans chaque localité traversée, les unités militaires ont prodigué des soins médicaux aux populations. Au total, près de 200 tonnes de vivres (céréales, sucre, huile, sel, etc) ont pu être acheminées au cours de l’opération. Des lots de médicaments ont également été remis dans plusieurs localités au Burkina et au Niger. »

Etat-major de l’armée du Burkina Faso

 

Edouard OUEDRAOGO (stagiaire PaxSahel)  

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici