La réinsertion socio-professionnelle des migrants est-elle une réalité dans votre pays? Quelles sont les difficultés que rencontrent ces migrants de retour au pays ? Quelles sont les structures privées ou publiques qui leur viennent en aide ?

ACCUEIL Forums Forum JsC 2018 La réinsertion socio-professionnelle des migrants est-elle une réalité dans votre pays? Quelles sont les difficultés que rencontrent ces migrants de retour au pays ? Quelles sont les structures privées ou publiques qui leur viennent en aide ?

Ce sujet a 6 réponses, 6 participants et a été mis à jour par  Mounkaila Aboubacar, il y a 2 mois et 4 semaines.

7 sujets de 1 à 7 (sur un total de 7)
  • Auteur
    Messages
  • #1230

    Depuis son adoption en 2000 par l’Assemblée Générale des Nations-Unies, le 18 décembre de chaque année est consacré à la célébration de la journée internationale des migrants. Occasion propice pour réfléchir sur le sort des migrants de retour au bercail. Leur réinsertion ne se passe pas toujours bien faute d’accompagnement adéquat.

    Au Mali, « plus de 6 000 personnes » sont rentrées au pays entre 2017 et 2018. Hébergés brièvement par les services de l’états, ces migrants rapatriés reçoivent ensuite 52 000 F CFA de l’Organisation Internationale des Migrations, « pour leur permettre de rentrer chez eux ». L’OIM a aussi mis en place depuis mai 2017, un projet pour financer « 1 900 projets » sur une durée de 3 ans.

    Que deviennent les migrants une fois de retour dans leur communautés ?

    Quelles sont les difficultés que rencontrent ces migrants de retour au pays ?

    Comment les structures privées ou publiques peuvent-elles améliorer leurs appuis à ces migrants expulsés ou rapatriés volontaires ?

     

    #1238

    Cheick Fadel
    Participant

    Bonjour
    La vraie solution de créer des emplois décents avant même de penser retour !
    les structures existe mais ont souvent de moyens limités. Il faudrait circonscrire au problème en amont par l’éducation et une vraie politique Emploi Jeunes.

    #1243

    Marcel Amadou TO
    Participant

    Bonjour.
    Au Burkina surtout dans la région de l’est la migration passe pratiquement pour une culture.Dans chaque famille il y’a au moins un représentant à l’étranger. Pour la majorité sans diplôme,ils exercent le plus souvent dans les métiers les métiers d’ouvrier.Confrontés à des problèmes des chômage dans leurs pays d’accueil bon nombre de burkinabé sont obligés de faire le chemin inverse.Une fois de retour,l’équation devient compliqué pour les autorités qui font face aux problèmes d’emploi des jeunes sur place.Que faire avec ces ex burkinabé de l’extérieur ? Pour les aider à ne pas sombrer dans le désespoir il y’a souvent l’OIM en collaboration avec l’État qui les accueillent avec appui financier (cas de ceux qui sont venus de la lybie) afin qu’ils rallient leurs zones de départ.Face à la situation, il va falloir au gouvernement de mettre une meilleure politique de création d’emploi à même de réduire d’abord l’exode rurale.

    #1244

    Pathenema
    Admin bbPress

    L’intégration des migrants est une réalité au Burkina Faso même s’il faut améliorer l’opération. Le ministère en charge de la solidarité nationales a en son sein des directions qui s’occupent de la question.

    #1248

    Adama Salambéré
    Participant

    A la faveur de la signature, le mardi 11 décembre à Marrakech (Maroc), du Pacte mondial pour les migrations sûres, ordonnées et réussies, le ministre burkinabè de l’intégration africaine et des burkinabè de l’extérieurs Paul Robert Tiendrébéogo qui a pris la parole, a donné un certains nombre d’actions entreprises ou entrain d’être entreprises pour des donner à la dizaine de millions de migrants burkinabè hors du pays, leur droit de migrants et faciliter leur réinsertion ou investissement au pays.
    « Nous avons déjà organisé le forum national de la diaspora qui nous a servi de
    cadre de lancement de nos activités et qui nous a permis de discuter avec la
    diaspora, les autorités nationales et avec la société civile qui était là aussi pour
    voir dans quelles mesures nous pouvons justement mieux intégrer cette
    composante importante de la communauté nationale », avait-il dit, ajoutant que « Le Burkina
    Faso compte entreprendre des « actions concrètes », pour permettre aux
    Burkinabè de l’extérieur d’effectuer avec des facilités, des opérations au niveau
    des banques (frais de transfert de fonds pour aider leurs familles), de l’habitat, de
    l’éducation, de la santé du transport ou dans d’autres projets ».
    Certains ont reproche à ce Pacte le fait qu’il ne soit pas contraignant et nous attendons de voir les actions du Burkina Faso.

    #1251

    Cheick Fadel
    Participant

    Les migrants du Sahel malien constitue généralement un capital en cheptel pendant leur séjour à l’étranger.
    Cela leur permet de démarrer une activité génératrice de revenus commerce, embouche au retour. Nos états et politiques doivent au niveau local mettre à disposition une formation ou business plan pour mieux les outiller…

    #1255

    Mounkaila Aboubacar
    Participant

    Selon mon propre avis la réinsertion ne devrais pas causé de soucis mais plus sur quel base le gouvernement Nigérienne se focalise pour savoir réellement si ces des repentis de boko haram ou des petit bandit du quartier.

7 sujets de 1 à 7 (sur un total de 7)

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.