Pas assez de parkings à Bamako ?

Le marché Dabanani à Bamako crée dans les années 50 reste difficilement accessible à cause du manque de parkings et constitue un véritable calvaire pour les usagers. Les nouveaux marchés attendent eux leurs parkings intégrés. 

Un article de Larissa Ouédraogo

Circuler sur ces voies relève d’un vrai parcours de combattant et constitue un véritable casse-tête. Chaque jour aux heures de pointe, la circulation devient infernale dans la capitale malienne, notamment aux abords du marché de Dabanani. Les véhicules de transport en commun appelés Sotrama, les véhicules personnels, les engins à deux roues et même les piétons ont du mal à circuler.

Le manque de parkings officiels occasionne l’installation anarchique de parkings autour des lieux de forte affluence. Au marché de Dibida, dans la commune 3 de Bamako, nous avons rencontré Mamadou Coulibaly. Le jeune Bamakois fait du parking de manière anarchique. Il avait constaté que les clients avaient du mal a se stationner pour faire leurs achats. Mamadou les aide ainsi à se garer contre un peu d’argent. Seulement, son parking anarchique se situe devant des boutiques. S’il satisfait les clients, ce n’est pas le cas de plusieurs commerçants.

Issouf Sako est plus âgé. Il explique dans l’ambiance bruyante des klaxons qu’il travaille comme parkeur depuis 1990. Il dit être en contact avec la mairie concernée afin d’obtenir une autorisation pour un parking officiel. Sa doléance n’a pourtant pas été acceptée par manque d’espace aux abords du marché de Dibida.

La même problématique se reproduit autour des nombreux marchés de Bamako : pas de parking officiel, ni pour les comercants, ni pour les usagers. Seul le grand marché bénéficie d’un parking dit naturel. Un grand espace naturel était encore disponible à proximité, entre l’Assemblée Nationale et la Grande Mosquée.

Le parking regorge de voitures et de motos et pourtant, il ne suffit pas. Les véhicules stationnent tout de même autour des boutiques. Un commerçant du marché de Dabanani – qui signifie quatre grandes portes en bambara, ne cache pas son mécontentement face à cette situation. Mahama Coulibaly souhaite que la mairrie trouve un emplacement pour un vrai parking et déplace les parkings anarchiques de devant son magazin de tissus car ça diminue beaucoup son chiffre d’affaires :

Afin de comprendre l’absence de parkings aux endroits stratégiques malgré les nombreuses frustrations, nous avons rencontré le quatrième adjoint au maire de la commune 2, Abdoulaye Bassole : « Le marché de Dabanani a été crée il y a bien longtemps et à l’époque, c’était juste un petit village. Ceux qui l’ont construit ne se doutaient pas qu’un jour le marché serait grand. Ils n’ont donc n’ont pas prévu de parking. Et c’est la même chose pour tous les marchés de Bamako ». Le quatrième adjoint au maire ajoute que l’absence de parkings devient même ingérable avec les quartiers où les habitations se transforment en boutiques, où le quartier même finit par devenir un marché, avec des rues très étroites.

Abdoulaye Bassolé reste tout de même positif car des solutions sont prévues :

 

Reportage Larissa Ouédraogo

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *