Journalisme sensible aux conflits : des journalistes de la région du Nord à l’école du RIJ

Le Réseau d’initiatives de journalistes (RIJ) déroule une formation au profit de journalistes et animateurs exerçant au sein de radios implantées dans les quatre provinces de la région du Nord. L’ouverture de cette session de formation est intervenue dans la matinée du lundi 9 octobre en présence du Directeur de cabinet du maire de la commune de Ouahigouya, et d’un représentant de l’ONG partenaire EIRENE. S’en est suivie, la formation axée sur plusieurs modules allant des principes de base du journalisme aux mécanismes de traitement de l’information en lien avec des situations conflictuelles.

Participants à la formation

Avant de prononcer l’ouverture de la formation, le Directeur de cabinet du maire, Yassia Ouédraogo a tenu à dire merci aux organisateurs pour le choix de la commune de Ouahigouya, et pour la formation elle-même qui constitue, selon lui, une occasion de renforcement de capacités.
Cette formation, dira Eric Sawadogo, le représentant du partenaire EIRENE, intervient dans le cadre d’un programme dénommé Gestion non-violente de conflits (GENOVICO) qui comporte un volet médias et communication pour la paix. Et le thème de la présente formation qu’est le Journaliste sensible aux conflits a été choisi, de l’avis de M. Sawadogo, en vue de faire en sorte que les participants puissent « être des relais de paix » au sein de leurs communautés.
Mieux, dira le Coordonnateur du RIJ, Mohamed Sanfo, la formation vise à outiller les journalistes de la région du Nord de sorte à  » faire d’eux des acteurs de prévention et de gestion non-violente de conflits ». Du reste, ce sont seize journalistes qui participent à cette formation. Ils exercent au sein de 13 organes de presse implantés dans les provinces du Yatenga, Passoré, Zondoma et Lorum.
A l’attention de ces derniers, Eric Sawadogo a émis le souhait que chacun puisse s’investir dans la formation pour en tirer le maximum d’éléments qui vont lui permettre d’accomplir au mieux sa profession dans son organe. « Nous voulons que les médias dans lesquels vous exercez puissent être des vecteurs de paix dans vos localités respectives. Nous voulons surtout vous inviter à réinvestir autant que faire se peut pour que, lorsque nous allons probablement faire un suivi avec les formateurs et le RIJ dans vos localités respectives, nous soyons vraiment contents d’apprendre que par votre travail, vous avez contribué à beaucoup plus de cohésion, à beaucoup plus d’entente au sein de vos communautés respectives».
En attendant, les seize journalistes ont suivi une formation participative ponctuée d’exercices pratiques, notamment en matière d’éthique et de déontologie du journalisme, de principes de base du journalisme et responsabilité sociale du journaliste, de généralités sur les conflits, de techniques de traitement de l’information à caractère conflictuel.
A la suite de cette formation étalée sur trois jours, interviendra ce jeudi 12 octobre, le forum des acteurs locaux autour du thème « médias et acteurs locaux : quels rôles dans le développement de la région du Nord ? ». La cérémonie d’ouverture de ce forum sera présidée par le gouverneur de la région du Nord. Ce forum réunira les journalistes formés et des acteurs locaux (autorités administratives, coutumières et religieuses de la région) pour des échanges directs axés sur la prévention et la gestion des conflits. Ce qui permettra, espère-t-on au RIJ, d’impulser une dynamique collectivement pacifiste dans les efforts de développement de la région du Nord.

Fulbert Paré

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *