Journée Internationale de la Paix : la professionnalisation de la presse en débat au Mali

A L’occasion de la Journée Internationale de la Paix, l’Association des journalistes pour la paix et la non-violence (AJPV) a organisé le jeudi 21 septembre 2017 au Centre Djoliba, une conférence-débats sur le thème : « la nécessité d’avoir une presse plus professionnelle ».

 

La professionnalisation de la presse au Mali est aujourd’hui un des défis majeurs auxquels le pays fait face. On assiste ces derniers temps au boom des entreprises médiatiques qui agissent très généralement dans le désordre.

Fidèle à sa mission de cultiver la paix et la non-violence, l’Association des Journalistes pour la Paix et la non-violence (AJPV) a levé le voile le jeudi 21 septembre dernier, à l’occasion de la journée internationale de la Paix, en s’attaquant à la question épineuse qu’est la professionnalisation de la presse.

A l’ouverture de la conférence- débats, le président de l’AJPV a estimé que cette activité a été possible grâce au soutien financier de GENOVICO (Gestion Non violente des Conflits). Ce partenaire clé a toujours accompagné l’AJPV dans ses activités, a en croire Alhassane H. Maïga. Il a souligné la nécessité et l’urgence de mener des actions de plaidoyer et de lobbying par rapport à la professionnalisation afin que la presse malienne retrouve ses lettres de noblesse. Toute chose utile pour un pays qui peine encore à se relever d’une crise politico- sécuritaire.

Prenant la parole à son tour, l’expert médias de GENOVICO, Aimé Rodrigue Dembélé a expliqué que le Programme GENOVICO dénommé GENOVICO Sahel, est un programme de l’ONG internationale « EIRENE » qui couvre trois (03) pays sahéliens : le Niger, le Mali et le Burkina Faso,  sous financement du Ministère allemand de coopération « BMZ » à travers son programme Service Civil pour la Paix « SCP ». Selon lui, le programme est à sa phase 4 et embrasse désormais trois champs d’intervention : la gestion participative ; transparente et pacifique des ressources extractives (REX) l’éducation à la paix, la démocratie et la bonne gouvernance (EDP) ;  les médias et la communication pour la paix (COM).

M. Dembélé a expliqué que le volet « Médias et communication pour la paix », est mis en œuvre au Mali par l’ONG malienne « ORFED » (Organisation pour la Réflexion, la Formation et l’Education à la Démocratie et au Développement) ainsi que le volet « Education à la paix, la démocratie et la bonne gouvernance (EDP) ». Le troisième volet « la gestion participative, transparente et pacifique des ressources extractives (REX) ». La mise en œuvre du programme GENOVICO IV au niveau régional, a pour objectif général d’encourager la communication et les synergies pour la gestion non violente des conflits et promouvoir une paix positive au Sahel, à travers ces trois volets.

Le conférencier Sadou Yattara, journaliste et ancien président de la Maison de la Presse a attiré l’attention des journalistes participants sur la nécessité de faire valoir quatre principes au nombre desquels : la gouvernance, l’imputabilité, la transparence et la confiance. Pour lui, ces principes s’imposent pour réussir la professionnalisation de la presse.

Le conférencier a invité les journalistes à la recherche de la bonne information de sorte à éviter des procès inutiles. M. Yattara a aussi insisté sur la nécessité de respecter le droit des journalistes afin d’instaurer un climat de confiance tout en assurant leur formation. Car, seule la formation peut contribuer à la professionnalisation de la presse malienne.

Les préoccupations et autres contributions des participants étaient relatives entre autres, à la convention collective, au rôle des anciens journalistes dans la formation des plus jeunes. A toutes ces questions, M. Yattara a apporté des éclairages. Les débats ont été dans l’ensemble appréciés à leur juste valeur par les participants.

Oumar Alpha

Journal Le Matin

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *