À Bamako, les leaders religieux clouent Charlie Hebdo au pilori

L’onde de choc désapprobateur de la caricature du Prophète Mahomed par le journal satirique « Charlie hebdo » a gagné le Mali. Dans ce pays où la religion musulmane est prédominante, des marches de protestations ont été organisées à l’appel de leaders religieux.

 Chérif Ousmane Madani Haïdara, Imam

«On ne doit pas caricaturer le prophète. Les journalistes de Charlie Hebdo ont donc eu tort de poser un tel acte. Les autorités françaises devaient rappeler à l’ordre ces journalistes blasphémateurs. Autant ceux qui ont tué les journalistes ont tort, autant ceux qui ont fait les caricatures du Prophète devaient être ramenés à l’ordre par les autorités française   Les terroristes ne sont pas au service d’une religion, en tout cas pas au service de l’islam car le Prophète n’a jamais permis de tuer son prochain et ce pour rien au monde. L’islam condamne le meurtre et l’assassinat sous toutes ses formes ».

Bakary Coulibaly, Iman de la mosquée ABK6

«Nous avons été surpris de rencontrer un jeune Chrétien qui vient de se convertir en l’Islam et qui demandait nos bénédictions pour pouvoir pratiquer l’Islam car selon lui, l’islam est une religion de paix et de tolérance. L’Islam reconnaît tous les prophètes,  envoyés d’Allah. Aucun musulman ne doit blasphémer  les Prophètes  comme Jacob, Jésus Christ, Moise… Jamais vous ne verrez un musulman insulter, dessiner ou blasphémer aucun des prophètes. Mais pourquoi à chaque fois c’est le Prophète Mohamed qu’il faut dénigrer ? »

Mahamoud Dicko,  Président du Haut Conseil Islamique

« L’essence de notre vie c’est notre religion musulmane et l’essence de notre religion c’est notre prophète  Mohamed. Nous resterons éternellement reconnaissants à la France pour ce qu’elle a fait au Mali. Nous avions condamné l’attaque contre le siège de Charlie Hebdo mais nous dénonçons avec la dernière énergie la haine viscérale du journal satirique Charlie Hebdo qui se cache derrière la liberté d’expression pour toucher sensiblement ce que plus d’un milliard d’individus gardent au plus profond dans leur cœur, à savoir le Prophète Mohamed et l’Islam. Et tant qu’il y a des événements pareils nous allons réagir aux yeux du monde »

Birama Fall,  Président d’ASSEP      

« En tant que journaliste je n’accepterai  jamais une atteinte à la liberté de la presse. Je suis Charlie et je suis allé à Paris marcher auprès des Français. Mais j’ai été foudroyé de voir la caricature de mon prophète Mohamad dans  Charlie Hebdo. Je condamne cela  parce que voyez-vous, oui à  la liberté d’expression mais non à la caricature de notre Prophète qui relève de la provocation. »

Bokoum Abdoul Momini

 

One comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *