Ménaka: Pour que la paix rime avec le développement

Freinée dans son développement depuis l’éclatement  du conflit malien, la région de Ménaka  veut se donner un nouvel élan. Fin avril 2016, 5000 personnes issues de toutes les communautés originaires de la région y ont tenu le premier forum de la paix et du développement.

 

La rencontre s’est tenue, sous la présidence effective du ministre de la réconciliation nationale, Zahabi Ould Sidi Mohamed, accompagné par une forte délégation, dont le gouverneur de la région de Kidal, des députés élus à l’Assemblée nationale et des personnes ressources.

«C’est une rencontre inter-communautaire dont l’idée a fait boule de neige depuis novembre dernier avant de se concrétiser aujourd’hui. Avec la situation que vit la région, il est important que les gens se retrouvent, que les communautés parlent de leurs problèmes pour trouver des solutions. Les groupes armés dont les représentants sont à Ménaka participent également à cet effort de réconciliation, de paix, de développement et d’entente globale de la région», a déclaré Daouda Maïga, le nouveau gouverneur de la région de Ménaka, à l’ouverture du Forum.

 

Au cours du forum, des chefs de tribus et des chefs de factions ont expliqué les modes de résolution des conflits dans le passé. Les participants ont également identifié les leviers sur lesquels chaque groupe social peut agir pour avoir un climat social assez assaini.

 

Recommandations

Après, deux jours de communications et de débats, les participants ont recommandé ce qui suit :

  • combattre l’injustice, qui est à la base de plusieurs frustrations et conflits dans la région ;
  • combattre par tous les moyens légaux, la corruption et la délinquance financière, pour une meilleure gouvernance centrale et au niveau local ;
  • accélérer la mise en œuvre de l’accord pour la paix et la réconciliation en impliquant toutes les parties et les communautés à la base sans lesquelles, il n’y aurait pas de mise en œuvre.

Les participants ont aussi invité le gouvernement et les partenaires techniques et financiers, à mettre tous les moyens nécessaires à la disposition des autorités régionales, pour permettre un développement harmonieux et accéléré de la région de Ménaka.

Toutes les parties ont été aussi exhortées à enterrer définitivement «la hache sinon le sabre de la guerre», pour que plus jamais personne ne tombe sous des balles.  Ils projettent préparer un grand forum pour la région, qui traitera des questions spécifiques liées au découpage administratif, à la cohésion sociale et au développement de la région ; et qui sera co-organisé par les trois parties (le gouvernement, la CMA et la Plateforme).

Les participants ont invité la Minusma et tous les autres partenaires techniques et financiers à accompagner la région dans la fourniture des services sociaux de base d’urgence et du développement, mais également d’ouvrir des bureaux régionaux à Ménaka pour y faire face.

Aliou Touré

 

 

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *